Gwenaël Francotte

 

Musicien batteur, percussionniste, chanteur.

Membre de plusieurs formations musicales aux univers variés (Turdus Philomelos, I Fam, Les filles de Hirihito, Carrefour Bongos).

Pratique depuis plus de 10 ans les percussions afro-cubaines (Congas, Batas, Cajones, etc.). Initié aux tambours Batas par Reynaldo Hernandez, il poursuit son enseignement en formule trio auprès de Didier Degroef et Gauthier Lisein.

Trio avec lequel ils étudient à La Havane, auprès des "Chinitos" (Irian, Piri et Pedro Lopez). Egalement membre actif de l'ASBL BAO au sein de laquelle, il donne et accompagne les cours de Chant, Danse et Batas.

http://baoasbl.hautetfort.com/


Luanda Pau Baquero Ciaravino

 

Danseuse, chanteuse et chorégraphe.

Fille de danseurs. Le père de Luanda est Domingo Pau "El Columbiano", un des plus grands danseurs de Rumba de Cuba, soliste du Ballet Folklorique National de CUBA.

Comme son père, Luanda est devenue, en 1995, première danseuse du Ballet Folklorique National de CUBA.

 

Entre 1988 et 1995, elle suit des études artistiques à la ENA  (École National des Arts de Cuba), dont elle sort diplômée en 1995, en Danse Contemporaine, et en Danses Folkloriques.

En 1992 elle obtient le second prix féminin en Danses Folkloriques de la UNEAC (Union des Écrivains et Artistes de Cuba).

En 1993 elle obtient le premier prix pour la même catégorie.

Entre 1995 et 2002, avec le Conjunto Folklórico Nacional de Cuba, elle part en tournée dans de nombreux pays à travers le Monde: Mexique, Roumanie, Allemagne, Italie, France, Japon, Angleterre, États-Unis, Slovénie, Autriche, Suisse, Portugal, Espagne, Chine…

En 1994 elle fait son premier voyage en France, lors d'un échange culturel.

En 1996, elle fait partie du Jury du 1er Festival International de Danse Folklorique et Salsa à La Havane.

En 1998, elle est professeur de Salsa, de Rumba et de Danses Afro-cubaines en Allemagne et à Venise.

En 1999 et en 2000, elle gagne le prix de la meilleure chorégraphie du Carnaval  de La Havane, avec son père le maître Domingo  Pau, pour la compagnie Giraldilla de La Habana.

 

Sa plastique lui a permis de tourner en tant que mannequin de nombreux films publicitaires, et d'apparaître dans les films:  "Amor de Extranjeros", tourné à La Havane, "Arte de cada día" (Everyday Art), et "La Última Rumba de Papa Montero". En 1996, elle pose pour la revue américaine "Panache Magazine".

En 2000, elle est professeur de Danses Folkloriques au cabaret "Le Parisien" de l’Hôtel Nacional à La Havane.

En 2001, elle obtient divers diplômes cubains: Chorégraphe, Production et Direction artistique de Primer Nivel. 

En 2001, elle est danseuse du Spectacle  "Caribe y Salsa" au Cabaret Casino et au Sporting Club de Montecarlo, à Monaco, avec la Compagnie "Tropicana  de Cuba".

Entre 2002 et 2005: 

-Danseuse, chanteuse et chorégraphe du spectacle cubain "Rumba y Sabor"  aux Casinos de Cannes et de Menton.

-Danseuse et chorégraphe de la revue musicale: "Rêve Blanc" au Casino Barrière de Cannes.

-Professeur de Rumba et Danses Afro-Cubaines au Festival International de Salsa a Cannes. 

-Professeur de Salsa au Cedac de Terra Amata  à Nice.

-Professeur de Salsa  dans les académies "Danalys" et "Solis" à Nice.


 

Gauthier LISEIN
Né à Bruxelles en 1964, il se consacre à la musique dès ses 15 ans.
Passionné par les rythmes, il débute la batterie, étudie les instruments classiques (René Pêché, académie d'Ixelles) parallèlement aux rythmes jazz et rock.
Il entre au Conservatoire de Liège (section jazz) et suit alors des cours d'harmonie (Steve Houben) , de composition et arrangement (Guy Cabay), d'analyse musicale (Pirli Zurstrassen) en plus de la batterie (Bruno Castellucci) et du piano (Michel Herr).
A la fin de cette formation, il découvre la musique africaine avec Mamady Keita, N'Toman Keita et Bruno "Rose" Genero.
Il commence alors à mélanger ses différentes connaissances dans des groupes tels Contrefaut, Ryth'Miss, Les Petites Frappes, Vincent Trouble, Daria de Martynoff, Gadja, John Arcadius... 
Il se passionne ensuite pour les musiques traditionnelles et populaires de Cuba. Il voyagera souvent dans l'île et sur le continent africain afin de parfaire ses connaissances, comparer l'evolution de la musique Yoruba essentiellement à travers le temps et l'espace. Ses professeurs et maîtres sont entre autres : Gregorio"El Goyo" Hernandez, Alejandro " El Nene" Carvajal, Wilmer Ferran et la fameuse famille de musiciens "Los Chinitos" : Irian, Piri et Pedro Lopez qui sont d'exceptionnels musiciens avant-gardistes, inventeurs de nouveaux styles afro-cubains utilisés par de nombreux musiciens dans le monde entier tout en connaissance et respect de la tradition.
Aujourd'hui, Gauthier enrichi de ses nombreuses formations joue ou a joué; entre autre :
en jazz avec Ivan Paduart et Richard Galliano
en afro-américain avec les Zap Mama
en musique africaine avec N'Faly Kouyaté & Dunyakan, Sayon Bamba
en musique afro-cubaine avec Bao
en musique galicienne avec Camaxe
en musique bèrbère avec Khalid Izri, Kader Douzi, etc...

Gauthier LISEIN 


Né à Bruxelles en 1964, il se consacre à la musique dès ses 15 ans. 

Passionné par les rythmes, il débute la batterie, étudie les instruments classiques (René Pêché, académie d'Ixelles) parallèlement aux 

rythmes jazz et rock. 


Il entre au Conservatoire de Liège (section jazz) et suit alors des cours d'harmonie (Steve Houben) , de composition et arrangement 

(Guy Cabay), d'analyse musicale (Pirli Zurstrassen) en plus de la batterie (Bruno Castellucci) et du piano (Michel Herr). 

A la fin de cette formation, il découvre la musique africaine avec Mamady Keita, N'Toman Keita et Bruno "Rose" Genero. 

Il commence alors à mélanger ses différentes connaissances dans des groupes tels Contrefaut, Ryth'Miss, Les Petites Frappes, Vincent 

Trouble, Daria de Martynoff, Gadja, John Arcadius... 


Il se passionne ensuite pour les musiques traditionnelles et populaires de Cuba. Il voyagera souvent dans l'île et sur le continent 

africain afin de parfaire ses connaissances, comparer l'evolution de la musique Yoruba essentiellement à travers le temps et l'espace. 

Ses professeurs et maîtres sont entre autres : Gregorio"El Goyo" Hernandez, Alejandro " El Nene" Carvajal, Wilmer Ferran et la fameuse 

famille de musiciens "Los Chinitos" : Irian, Piri et Pedro Lopez qui sont d'exceptionnels musiciens avant-gardistes, inventeurs de 

nouveaux styles afro-cubains utilisés par de nombreux musiciens dans le monde entier tout en connaissance et respect de la tradition. 


Aujourd'hui, Gauthier enrichi de ses nombreuses formations joue ou a joué; entre autre : 

en jazz avec Ivan Paduart et Richard Galliano 

en afro-américain avec les Zap Mama 

en musique africaine avec N'Faly Kouyaté & Dunyakan, Sayon Bamba 

en musique afro-cubaine avec Bao 

en musique galicienne avec Camaxe 

en musique bèrbère avec Khalid Izri, Kader Douzi

 

www.domosano.com

Patrice Banchereau 

Chanteur et percussionniste, il aime passionément et pratique toutes les musiques cubaines populaires et traditionnelles : Afro-cubain, Rumba, Son, Charanga, Latin Jazz, Timba, Música Campesina, etc…Venu du jazz, il se passionne en 1987 pour le Latin Jazz et la Salsa de New York, puis se consacre à toutes les musiques de Cuba depuis 1996.Il a joué dans une quinzaine d’orchestres, dont il a dirigé près de la moitié d’entre eux. Il travaille aussi bien avec l’écriture qu’avec l’oralité.Grâce à son âme de collectionneur (disques, films, livres, instruments) – les musiciens cubains l’appellent « El Museo » ou « El Cuarto Descubridor de Cuba » (le quatrième découvreur de Cuba), il acquiert un savoir encyclopédique, et anime depuis 2003 des conférences.

En 2004 il obtient son Diplôme d’État en Musique Traditionnelle, et enseigne à plein temps au Conservatoire National de Région de Toulon-Provence-Méditerranée.

  1. Il se fait connaître internationalement depuis 2006 grâce à ses sites internet, dont les principaux sont :
  2. -« Koro Miyare », site sur la rumba cubaine (7600 visites); lien :
  3. http://rumberosdelahistoria.blogspot.com
  4. -« Echú Ayé », site sur les musiques yoruba et abakuá de Cuba (3938 visites); lien :
  5. http://echuaye.blogspot.com
  6. -« 45e Anniversaire du Conjunto Folklórico Nacional de Cuba » (1642 visites); lien :
  7. http://cfnc45.blogspot.com
  8. -« Manley López Herrera », site sur les « Chinitos » (1417 visites) ; lien :
  9. http://manleycv.blogspot.com/
  10. -« El Cancionero Rumbero », site regroupant les textes de plus de 200 rumbas ; lien :
  11. http://cancionerorumbero.blogspot.com
  12. -« La Ceiba y la Palma Real », site sur l’orchestre de charanga du même nom, et sur les charangas en général, qu’elles soient de Cuba ou d’ailleurs .
  13. http://ceiba83.blogspot.com/
  14. etc… (3 autres sites)

Tous ces sites ont été réalisés en partenariat avec des musiciens cubains de renom, ou avec de nombreux spécialistes, essentiellement américains, dont Barry Cox et Berta Jottar (New York), Ivor Miller (Chicago), Katherine Hadgedorn (Los Angeles) ou Phil Pasmanick (San Francisco).

Les musiciens cubains avec lequel il a le plus collaboré : Gregorio Hernández « El Goyo », Ernesto Gatel « El Gato », Martha Galarraga, Javier Cámpos, Mario « Aspirina » Jáuregui, José Fernández, le Ballet Folklórico de Camagüey, Lázaro Pedroso, Alberto Vilarial Peñalver, etc…


Didier Degroef


Formations :

Ecole Sainte-Marie, Bruxelles (humanités artistiques - 1985) - Enseigne les percussions depuis 1996 et le chant depuis 2002 (technique Conga ; chants Yoruba, Abakua et Arara)

Formations musicales :

Nombreux voyages de formation à Cuba avec Augusto Pelladito, Gregorio « El Goyo » Hernandez Rios, Irian et Pedro Lopez (chants et percussions afro-cubaines) - Solfège et percussions classiques (Académie J. Absil - Bruxelles 1996-1998) - Formation à la percussion Mandingue – (Mamady Keïta, N’Toman Keïta et Mamoudou Keïta 1988-1993) - Formation à la percussion afro-cubaine (technique Conga-M.Cordoba-1985) - Débute la percussion en autodidacte (1980)

Expériences artistiques et professionnelles :

Membre des groupes : Don Fiasko depuis 2003 ; Bao depuis 2002 ; membre du groupe de Michel Kasungu "la crème du boucan" ( musique d'inspiration latine) depuis 2008 ; Participation a des concerts comme guest du Fred Becker quartet (Jazz ethnique) depuis 2008. « Coco Malabar » (1997-2002) ; Cécile Kayerebua (1998) ; Mariane Dorsena et Tony Fenton (1996-1998) ; « Sacana » (1990-2000) ;

Sophie Mika (1990-1994) ; « Sodia » (1986-1990) ; « Sewa Kan » (1989).

Participation à différents enregistrements : « Coco Malabar » (2002) ; Spectacle « Cybernaute » de Marc Nicolas (1997) Sophie Mika (1996) ; Hommage à N’Toman Keïta (1995) ; « Ino Desadio » de Ken N’Diaye (Musique du Monde - 1994).

Accompagnateur (percussion et chants) de cours de danse africaine (J. Bagné, Mama A.Camara, Ken N’Diaye) ; afro-cubaines (L. Norriegua, D. Vigneau) et contemporaines (Ecole Yantra Bruxelles) depuis 1990.

Martha Gallaraga

Biographie[modifier | modifier le code]

Martha Galarraga entre syncrétisme religieux et musical !

Martha Galarrage est issue d’une famille d’artistes reconnus dans la tradition musicale YORUBA de la Santeria à la Havane.

À la fin de ses études secondaires, elle intègre le Conjunto Nacional Folklorico de la Havane où son père, membre fondateur du Conjunto éminent batalero officie en qualité de chanteur, pianiste, danseur. Sa mère lui transmettra le goût pour le boléro.

Son appartenance au Conjunto marque le début de sa carrière professionnelle. Les représentations qu’elle donne sur la scène extérieure du ballet à la demande de ses aficionados parallèlement à celles du théâtre MELLA, la confortent dans la perspective d’une carrière de plus grande envergure, tout en continuant à accompagner les cérémonies religieuses dans les quartiers.

Elle y chante danse tous les rythmes traditionnels et populaires : Yoruba, Congo Ararà, Tumba Francesca, Franco Haitiano, Gaga, Caravali, Rumba, Son, Chachacha. Elle y restera de 1990 à 1998. Son départ de Cuba l’amène en Allemagne où elle va travailler à ses premières productions musicales, en collaboration étroite avec le conservatoire de Rotterdam tout en chantant dans un groupe de salsa « Macumbachè » à Frankfort.

En 2000, sa rencontre avec Omar Sosa, que Martha ne cessera de qualifier de merveilleuse sur le plan musical et humain, l’amènera sur toutes les grandes scènes internationales : le Japon, le Maroc, Porto Rico, le Brésil, pendant 4 années, entourée des plus grands musiciens à commencer par Omar Sosa lui-même au piano et Gustavo Ovalles aux percussions.

Deux albums où Marta va exceller aux côtés de ses compagnons seront commis : Prietos et Sentir. Lorsque sa route se sépare de celle d’Omar Sosa, elle continue sur sa lancée et en 2004, Marseille l’accueillera pour une tournée de « Chants Noël latino-américains » avec Simon Bolzinger, son pianiste marseillais, dans une quinzaine d’églises.

C’est encore avec ce même pianiste que dans sa dernière œuvre baptisée Galarumba, Marta Galarraga nous gratifie d’un répertoire inédit où, chants et percussions afro-vénézuéliens et afro-cubains se lovent dans les rythmes de la soul, du funk, du reggae, de la bossa nova, le tout délicieusement rehaussé d’un soupçon de jazz.

Son énergie fougueuse, sa voix puissante et ses profondes connaissances de la tradition fondent sa réputation parmi les plus grands interprètes de musique afro-cubaine. Marta a donné plusieurs concerts depuis 3 ans, Galarumba, ou en formation Jazz, ou bien encore avec les chants traditionnels, tous avec un réel succès.

Elle a également effectué un projet musical avec l’orchestre philharmonique à l’opéra Bastille à Paris. Martha prépare actuellement son nouvel album de Boléro.

Martica y su Galarumba[modifier | modifier le code]

Avec un répertoire inédit, Galarumba offre un savoureux mélange de chants, de percussions et de rythmes traditionnels afro-cubains, mêlés aux musiques actuelles (funk, soul, reggae et bossa) et au jazz, pour une traversée revisitée des chants ancestraux latino-américains. Galarumba est mené par la voix chaude et féline de Martha Galarraga, qui grâce à son énergie fougueuse, sa voix puissante et ses profondes connaissances de la tradition propose, un pétillant cocktail mêlant folklore Yoruba, bossa, jazz, funk, salsa et boléros.

Elle prête sa voix et son talent en réunissant autour d’elle le pianiste Simon Bolzinger du groupe Zumbao à Marseille, le bassiste Felipe Cabrera, le maître de tambours Batàs Javier Campos et le batteur cubain Lukmil Perez.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Sentir – Omar SOSA (Ota Records Night and Day)
  • Prietos- Omar SOSA (idem)
  • Puros- Omar SOSA (idem)
  • Evidence From El Cayo – Felipe CABRERA (Win Win)
  • Cheba – Bayuba CANTE (Network Med Harmonia Mundi)
  • Orumila Dance- Bayuba CANTE (idem)
  • Homenaje a Regino GIMENEZ (Paris France)
  • Iyabakuà – Afrekete (IAIC Pan- Record Holland)
  • Santeria – Oba ilù
  • Chants de Noël latino-américains- Simon BOLDZINGER

Scènes[modifier | modifier le code]

De 1997 à 2000

  • SEMAINE AFRO LATINA – Allemagne
  • RITMONDIALE - KOBLENZ – Allemagne
  • ECOLE DE MUSIQUE – KAISERLAUTERN – Allemagne
  • BIMAC PRODUCTION DE MUSIQUE DU MONDE – AMSTERDAM – Hollande

De 1990 à 1998

  • CONJUNTO FOLKLORICO DE CUBA – Corée – Chine – Mexico – Espagne – USA –
  • Gouadeloupe– Canaries

De 1999 à 2003

  • GIRA OMAR SOSA – Europa – Turquie – USA

De 2003 à 2008

  • Cité de la musique- Marseille
  • La notte di San Lorenzo- Milan
  • Festival des femmes du monde- Paris
  • Festival Cuba Color- St Yrieix
  • El Triton- Les Lilas
  • Le Baltazar-Marseille
  • Les voix d’Or de la Havane- Paris
  • Errobiko festival-itxassou
  • Cubaila café- Marseille
  • Concert au musée du quai Branly- Paris
  • Babel Med- Marseille